le magazine mes finances inscription gratuite à notre newsletter les applications mobile tout sur mes finances Flux RSS

Les agences bancaires ne vont pas toutes disparaître

PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Pierre Havez    Mardi, 07 Mai 2013 11:12
Partagez

cartes, bancaires,

Votre agence va-t-elle fermer ? Peut-être : 15% des agences bancaires ne sont plus rentables en France, selon le baromètre 2013 des réseaux d'agences bancaires réalisé par le cabinet de conseil Score Advisor. Cependant, leur disparition totale n'est pas à l'ordre du jour.

 Baisse de fréquentation et des commissions bancaires, concurrence de la part des banques en ligne et mobile, coûts des contraintes réglementaires de Bâle III : n'en jetez plus, le modèle des banques de réseaux semble définitivement entré en crise ! Près d'une agence bancaire sur six n'engrangerait plus suffisamment de recettes pour faire face à ses charges en France, pointe une étude du cabinet de consulting Score Adivsor. La baisse de rentabilité des agences bancaires résulte directement de la désaffection des clients. « Jusqu'à 65% des clients ne se rendent plus dans leur agence que moins d'une fois par mois à jamais », contre seulement 27% dans les zones rurales, observe-t-il.

Cette conclusion n'est pas tout à fait une surprise : les résultats financiers du premier trimestre 2013 des grandes banques françaises rattrapées par la crise ne sont guère flamboyants. Pour preuve s'il en était besoin, la Société Générale vient d'annoncer plus d'un millier de nouvelles suppressions de postes, dans le cadre d'un plan d'économies de 900 millions d'euros supplémentaires d'ici à 2015. De son côté, BNP Paribas devrait présenter, le 16 mai prochain, sa nouvelle banque digitale. L'arrivée en ligne du mastodonte français, l'un des seuls à manquer sur la Toile, marquerait-il la fin d'un modèle longtemps florissant ?

2% à 4% d'agences en moins par an

Inutile cependant de céder à la panique, tente de rassurer Score Advisor. Derrière ce chiffre inquiétant pour les salariés des quelques 38.000 agences bancaires françaises, il ne faut pas craindre une disparition pure et simple des agences. « Les plus grandes banques n'envisagent des fermetures d'agences que de manière très modérée », relativise le cabinet de conseil. Ces réductions devraient tout de même s'effectuer au rythme de 2% à 4% par an dans les prochaines années, selon des estimations d'un autre cabinet, Roland Berger. Le maillage du réseau bancaire français apparait ainsi particulièrement dense, avec 586 agences pour 1 million d'habitant selon des statistiques d'octobre 2012 de la Banque centrale européenne (BCE). Un chiffre largement supérieur à la moyenne européenne autour de 450, qui confirme la nécessité de dégraisser.

Mais les agences restent indispensables grâce au rôle qu'elles jouent dans la « course aux dépôts », « les ventes croisées de services et produits » ou encore « la création d'un lien affinitaires avec la clientèle », estime Score Advisor. Ainsi, face à la baisse de leur fréquentation, le cabinet prône plutôt de « repenser les agences plutôt que les fermer ». D'autant que leur frais « représente en moyenne 60% des coûts d'une banque de détail », souligne-t-il.

Comment rendre les agences (restantes) plus attractives ? Score Adivsor propose plusieurs pistes de mutation qui passent par un allongement de leurs plages horaires ou l'adaptation de leur nouveau rôle au sein d'une stratégie multicanale. La transformation des agences ne pourra non plus se passer d'un retour à l'équilibre financier en réduisant les frais de gestion et en développant, en parallèle, une nouvelle offre de produits plus rentables, comme par exemple les contrats d'assurance santé et dépendance.

 

articles les plus lus

Offres promotionnelles