le magazine mes finances inscription gratuite à notre newsletter les applications mobile tout sur mes finances Flux RSS

L’UFC Que Choisir propose un comparateur de tarifs bancaires indépendant sur Internet

PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Luce Margonty    Mardi, 05 Juin 2012 15:38
Partagez

banques, ligne, ufc, que, choisir, comparateur, tarifs, bancaires

L'UFC Que Choisir lance son propre comparateur de tarifs bancaires accessible sur son site Internet gratuitement jusqu'au 12 juin. L'association met en avant son indépendance et le caractère complet de son offre. Celle-ci intervient alors que le gouvernement ouvrira cet été une session extraordinaire du Parlement comportant une loi d'assainissement des activités bancaires.

Pour l'UFC Que Choisir, le lancement de son propre consommateur de tarifs bancaires (http://www.quechoisir.org/comparateur/banque) intervient à un moment propice « un an après la date de mise en application des derniers engagements des banques sur les frais bancaires et alors que doit être discutée en juillet au Parlement une loi d'assainissement des activités bancaires, avec un volet « lutte contre les produits toxiques ». L'association de consommateurs connaît bien le sujet et a mené à plusieurs reprises des enquêtes sur les pratiques bancaires.

Des engagements non tenus

A l'occasion de ce lancement, elle rend d'ailleurs publics les résultats de son étude sur l'effectivité des engagements des banques. Son constat est sans appel : les promesses dans l'ensemble n'ont pas été tenues. Manque de transparence, erreurs et mauvaise harmonisation sur la présentation des frais bancaires, à l'exception d'Internet, « où le travail est à peu près fait », faible lisibilité sur les relevés mensuels... Les reproches ne manquent pas. L'association observe également que les engagements des banques sur la mise en place d'une « nouvelle génération de forfaits personnalisables par le client » n'ont pas été suivis d'effet, la pratique défavorable des packages perdurant. L'UFC Que Choisir prend ainsi l'exemple d'un package proposé par BNP Paribas contenant quatre produits dont une assurance moyens de paiement et une assurance du compte. « Si on regarde dans les détails, ces deux assurances ne servent à rien », souligne Maxime Chipoy, chargé de mission au sein de l'association. Dernier point noir relevé par l'UFC : les forfaits sécurité censés garantir une modération des tarifs bancaires aux plus fragiles et prévenir les incidents de paiement. Les plaquettes des établissements restent évasives sur le sujet, la communication fait défaut tandis que cette clientèle fragile reste à définir.

Les banques en ligne sont de bons élèves

L'UFC attribue toutefois une bonne note pour les banques en ligne. « Dans notre comparateur, les banques en ligne arrivent très souvent en tête, avec des niveaux tarifaires intéressants et des plateformes téléphoniques efficaces. En termes de qualité de services et de tarifs, elles n'ont rien à envier aux banques physiques », précise Alain Bazot.

Mais tout le monde n'y a pas accès et avec les réseaux d'établissements traditionnels « un consommateur ne peut pas s'en sortir pour faire des choix rationnels », conclut Alain Bazot, président de l'UFC Que Choisir. D'où l'idée de lancer un comparateur des tarifs bancaires. Par rapport aux autres comparateurs existants, « notre atout, c'est notre indépendance, le caractère complet de nos informations, nos données sur la satisfaction des clients. Les utilisateurs ont la garantie qu'il n'y a pas d'instrumentalisation des données au profit d'une banque », explique le président.

Accès gratuit jusqu'au 12 juin

Concrètement cet outil, dont la navigation se veut simplifiée, analyse 126 banques sur la base de profils prédéfinis ou totalement personnalisés et calcule l'intérêt ou non pour le consommateur de prendre un package, avec la possibilité de comparer les tarifs. L'UFC met également à la disposition des consommateurs des fiches sur les pratiques de chaque banque. Ce comparateur est en accès libre du 5 au 12 juin prochain. Au-delà de ces délais, il faudra s'abonner au site Internet de l'association pour en bénéficier (4,5 euros par mois pour un accès illimité au site). Une partie seulement de l'information restera accessible gratuitement, comme les économies potentiellement réalisables.

« Ce n'est pas un palliatif à l'inaction des pouvoirs publics et l'UFC continue son combat pour des tarifs plus lisibles et des pratiques plus moralisées », avertit cependant Alain Bazot. L'association veut également améliorer la mobilité bancaire et faire baisser les montants des frais d'incidents bancaires qui « demeurent extrêmement toxiques pour les consommateurs, avec des taux plus élevés que ceux pratiqués sur les crédits renouvelables », indique Maxime Chipoy.

Mise à jour le Mardi, 05 Juin 2012 15:48
 

articles les plus lus

Offres promotionnelles